[logiciel creation site] [creation site internet] [creation site web] []
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]

souffle... L'action est truquée, on vous trompe sur son déroulement. La victime n'est pas aussi féroce qu'on le dit, le second rôle n'est pas aussi courageux qu'on voudrait vous le faire croire. En réalité, la victime est manipulée, conditionnée de la pire manière. Elle a été affaiblie avant de venir devant vous. Elle n'est plus en possession de ses moyens, son comportement est imposé par la douleur, par les sévices qu'elle a subi en coulisses; la mort plane déjà sur elle. On banalise la mort, tuer est un jeu. Cette même torture pratiquée dans les mêmes circonstances, mais dans une ville où la "tradition taurine" n'existe pas, serait punie par la loi du 24 avril 1951, dite "Loi Ramarony-Sourbet".

La tradition a le pouvoir de changer la signification du mot torture…

La tradition est le meilleur avocat pour défendre le crime, elle l'exempte de toute sanction.

La cruauté ne  prend pas sa source dans la mythologie, elle est gratuite, ordonnancée  pour .servir un spectacle .sans .créativité, sans  talent, pour exalter les  instincts .sanguinaires de l'homme : la violence et le sadisme. Remarquez .la. physionomie .des aficionados, ils sont assis sur les gradins, certains boivent d'autres mangent ou fument, mais la plupart semblent impassibles, même à l'instant de la mise à mort du taureau. Plusieurs sont blasés, peut-être parce que c'est toujours la même victime sacrifiée à la même pièce... On pourrait presque lire l'ennui sur leur visage...Dans l'arêne, la cruauté ne sert pas une tragédie antique, elle ordonnance les sévices infligés à un animal pour offrir aux spectateurs ce plaisir. particulier qui. stigmate leurs face, fige leurs regards, accélère leur

Ici va se jouer une tragédie.

Certains la comparent à une tragédie grecque, c'est un honneur qu'elle ne mérite pas


Car


- .Dans les tragédies grecques, le premier rôle, celui du Héro, devait .s'opposer, défier les dieux.

-. Dans la corrida, le premier rôle c'est le taureau, victime désignée. Il va s'opposer à un homme ordinaire. Il n'y a pas d'égalité, le taureau est privé de ses moyens, il ne donne pas de réparties, il subit les assauts violents de.l'homme. Son sang coulera sur le sable de l'arène, ce ne sera pas du. maquillage; Le matador répandra le sang du.taureau .en le torturant méthodiquement à mort.

Cour Internationale

de Justice

des Droits de l'Animal


~ Verdict ~

Alinéa 3

Film référence sur la corrida, signé  Jérome Lescure

a été tourné l'été 2004

dans le sud de la France

aux arènes de:

Châteaurenard

Saint-Gilles

Rieumes

Nîmes

Arles


peut être visionné sur son site

cliquez ICI

Ecoutez sur ce player,

" Por Favor "

par

Gerald Fontaine

auteur, compositeur,

interprète.

Pour visiter son blog,

Cliquez ICI.

Clips vidéos : Schark on line


Illustrations utilisées pour ces pages : Jerôme Lescure

  

Sondage national réalisé par l'Institut Louis Harris en Mai 1993 concernant l’opinion des Français sur la corrida :


12 % des Français l’apprécient

15 % ne sont pas intéressés

68 % demandent purement et simplement l'interdiction de la corrida dans toutes les villes françaises.



Sondage réalisé dans la ville de Fréjus par l’Institut Ipsos en Février 2001 pour la F.L.A.C et le Collectif Anti Corrida :


62 % des Fréjusiens interrogés se prononcent contre l’organisation de corridas dans leur ville.

78 % désapprouvent le financement public des corridas (Ville / Département / Région)

86 % affirment que la corrida ne fait pas partie de leur culture.



Sondage réalisé par l'Institut Ifop en Septembre 2007 pour "Le Midi Libre"


Les Français et l'interdiction de la corrida en France :


50 % sont favorables à l'interdiction des corridas.

48 % sont opposés.

..2 % ne se prononcent pas.


47 % de ce sondage a été effectué dans des régions de « tradition taurine »

51 % effectué dans d'autres départements.



Les Français et l'interdiction pour les mineurs de moins de 16 ans d'assister aux corridas :


59 % sont favorables.

40 % sont opposés.

..1 % ne se prononce pas.


58 % de ce sondage a été effectué dans des régions de « tradition taurine »

59 % effectué dans d'autres départements.


  

A mon sens, d’un point de vue moral moderne, c’est-à-dire d’un point de vue chrétien, la course de taureaux est tout entière indéfendable ; elle comporte certainement beaucoup de cruauté, toujours du danger, cherché ou imprévu,

et toujours la mort.


Ernest Hemingway

Parole d'amoraliste :


" Je n’ai aucun problème moral à promouvoir quelque chose

que je considère moralement injustifiable."



Lyn Sherwood,

ami d'Hemingway,

Éditeur du magazine pro corrida,

« La Prensa San Diego »


  

Parole d'un mal-pensant frappé d'une cécité éthique persistante :


" J’aime le taureau d’un amour sincère,

si je pensais que le taureau souffre, j’arrêterais tout de suite ! "


Simon Casas

Directeur des arènes de Nîmes

" Les animaux souffrent dans l'arène. Ce sont des pratiques d'un autre âge."


Laurent Fabius

Les "règles"…  Vous en riez, Madame, L’arène est une zone de non droit animal.

A moins que le taureau ne se couche dans l’arène, refusant de jouer le jeu de l’homme...

A moins que le peone le fasse lever en tordant violemment sa queue au point précis où se termine sa colonne vertébrale…

A moins qu’il ne la brise...

C'est fini. La mort a donné sa fête, la torture l'a fardée. La tragédie a été jouée. Votre " passion " pour ce " spectacle magnifique ", a-t-elle .été à la hauteur de votre ." enthousiasme ", Madame?

Cliquez sur l'image

Je n’oublie pas le cheval du picador et celui du torero, il est parfois la deuxième victime de ce spectacle barbare. Dans l’arène, on peut réaliser à quel point son élévation au rang  de "plus belle conquête de l’homme" est vide de sens. Le cheval est le faire-valoir, l’outil du matador, rien de plus. Il n’est que le véhicule de l’homme de corrida Quand il meurt dans l’arène, il n’y a pas plus d’égard pour lui que pour le taureau. Leur mort fait partie des aléas de la «fiesta».

Le cheval du picador est supposé être protégé des cornes du taureau par un le caparaçon, mais seuls ses flancs sont protégés, mais pas le ventre qui doit être sensible aux éperons du picador. Par contre la lourdeur du caparaçon l’empêche d’esquiver la charge du taureau, à supposer qu’il la pressente, car le cheval est presque toujours sous l’effet de sédatifs, il a les yeux bandés pour ne pas voir, les naseaux enduits d’un produit pour ne pas sentir, les oreilles bouchées pour ne pas entendre. L’écoeurante perversité de l’homme a réduit ce fidèle animal en machine qui sert sa panoplie de tortures et, sans vergogne, il l’oblige à danser avec la mort.

Le matador qui dit respecter et aimer passionnément le taureau n’accordera pas un seul regard à celui dont on enlève le corps comme une vulgaire épave. A chaque corrida, 6 taureaux seront sacrifiés au plaisir sanguinaire et malsain des spectateurs. Selon les statistiques, il y a 1 matador tué pour 33 000 taureaux mis à mort…

Cliquez sur l'image

Dans un cas sur trois, le taureau est toujours vivant lorsqu'il est traîné hors de l’arène. Comme celui-ci qui regarde ses tortionnaires attacher la chaîne à ses cornes.(la preuve est dans le film de Jérôme Lescure Alinéa 3.)

  

Cliquez

Enfin, un  peone portera un coup de grâce à la nuque, avec le puntilla pour lacérer le cerveau. Mais parfois l’adresse manquera au bourreau et il existe le triste palmarès de 34 coups portés à l’animal pour l’achever. Le taureau secoué de spasme sombrera peu à peu. 

Accompagné par la musique de kermesse assourdissante qui couvre les bravos indécents, sous une pluie de fleurs, le matador se pavane.

Cliquez sur l'image

Le matador attire le taureau à l'aide de son étoffe rouge qu’il agite, humiliant la bête à bout de forces. Il lui fait baisser la tête, en mettant la cape au sol, pour lui planter l'épée dans le garrot. Il dispose de 3 épées… Mais l'épée, de 85 cm, ne se plante rarement qu'une seule fois… Il est arrivé que le taureau reçoive plus de 5 coups d'épée et parfois au-delà. Le record à ce jour est de 32 coups d'épée. Très souvent l'arme mal plantée sort par les flancs ou transperce un poumon, entraînant une hémorragie interne, l'animal vomit son sang et meurt asphyxié. Quand l'épée ne tue pas assez vite, un peone se glisse derrière le taureau, et la retire. Il rend l'arme au matador qui recommence la mise à mort. Parfois ça ne suffit pas, le matador utilise alors le descabello qui est une épée spéciale en forme de croix, dont il frappera la bête entre les cornes pour sectionner la moelle épinière : paralysé, le taureau s’effondrera dans l'arène, mais il n’est pas toujours mort à cet instant-là.

Cliquez sur l'image

taureau et ils ne s’en détacheront plus, occasionnant à l'animal de vives douleurs à chacun de ses déplacements dans l’arène. L'usage des harpons est de faire évacuer le sang vers l’extérieur afin d'éviter une hémorragie interne, ainsi, le taureau ne devrait pas s'écrouler avant la fin du spectacle. Le sang coule abondamment, affaiblissant le taureau après que les peones l'aient obligé à courir pour l'épuiser au maximum et accélérer l'hémorragie. Désormais,  il est prêt pour le tertio de la mort.

Ensuite, ce sera le tertio de banderilles. Six harpons de 5 cm qui vont être enfoncés dans les muscles du

Cliquez sur l'image

Pour rendre l’animal "toréable", il faut l’affaiblir. Cette tâche appartient à deux figurants, les picadors, qui entrent en scène, armés de leurs puyas (longues piques) Ils vont planter cette pique entre la 4ème et la 7ème vertèbre dorsale, coupant les muscles releveurs et extenseurs du cou et entre la 4ème et la 6ème cervicale, pour sectionner les ligaments de la nuque. Les blessures sont profondes. Parfois, la pique est enfoncée à plusieurs reprises dans la plaie et à chaque poussée du taureau, elle s'enfonce un peu plus, de deux à cinq fois successivement. Le taureau ne pouvant plus bouger la tête, la garde baissée lors des différentes passes et démonstrations. L'effet de fausse bravoure, l'impression que le taureau va charger à tout moment est la conséquence de son état physique et de la douleur qu’il ressent. Autre avantage pour le matador : le taureau ne relevant plus la tête, tout danger ou presque, est écarté. Il arrive que l’arme soit enfoncée avec force, alors la largeur de la pique, plus de 10 cm de large, pénètre dans la plaie et fait effet de levier, pouvant aller jusqu'à casser une côte.

Les aficionados appellent cette série de sévices "le châtiment"…

Madame, vous qui comprenez cette passion, pouvez-vous m’expliquer quelle est la nature de la faute commise par cet animal, qui justifierait, qui légitimerait la pratique de la torture, avant l’immolation?

de torture .va .pouvoir .commencer. Le .taureau .est .poussé de .la .pénombre du toril à l’arène écrasée de lumière, il est déstabilisé parce qu'il entend beaucoup de bruit et qu'il est habitué au silence, il y a beaucoup d'agitation, il ne connaît que la vie en troupeau. Les valets de piste, les peones, le font courir pour l'essouffler, le désorienter et le fatiguer ; ils agitent leur cape, de loin, pour le provoquer : Ce sont les prémices d’une torture codifiée.

Cliquez sur l'image

à gauche, dans cette sortie du toril, (qui ressemble plus à une fuite) ainsi que dans le film de Jérôme Lescure, le nuage de poussière blanche qui s'échappe du dos de l'animal. Mireille Didrit explique également qu'on pratique également la purgation, l'étourdissement du taureau en le mettant dans une cage montée sur un axe qu'on tourne etc La pratique d'administration de purgatifs est confirmée par un rapport récent de l'agence Associated Press, qui indique que : " Vingt pour cent des taureaux absorbent des laxatifs mélangés à leur nourriture " La plupart du temps, très affaiblis, les taureaux tomberont dans l'arène avant d'être torturés par les picadors et le matador. Maintenant l’horrible musique retentit, l’exhibition

Cliquez sur l'image

des exécutants vont poncer et reconstituer ses cornes avec de la résine travaillée au chalumeau. Amputer les cornes du taureau  fausse sa perception spatiale, le taureau manque alors de justesse dans sa charge et la force de ses coups est amoindrie. La terminaison de ses cornes n'étant plus dure, il arrive souvent qu'elles éclatent en "balai." Cette pratique terminée, ses sabots vont être .limés, parfois .incisés .et il y sera  enfoncé des coins de bois entre les onglons. Maintenant, le taureau est dans un camion, il est enfermé dans un caisson de contention qui mesure moins de 2 mètres carrés, il ne peut absolument pas bouger. Souvent le plan du camion est incliné afin de le fatiguer durant le trajet qui durera parfois jusqu'à 20 heures, sans manger et sans boire. Certains taureaux ont ainsi évité l'arène, ils étaient morts à l'arrivée du camion. Camion des suppliciés, camions de la mort… Lorsqu'il arrive aux arènes, le taureau va être sorti brutalement, à coups de pique, de ce caisson, la fête macabre commence pour lui.

Avant le combat, le taureau est manipulé afin de le rendre vulnérable. Un vétérinaire taurin témoigne de ce que le taureau doit subir :


- On lui fait des injections diverses.

- Ses yeux sont enduits de vaseline (afin de le désorienter).

- On .casse des aiguilles dans ses testicules, pour l'empêcher de s'asseoir et de s'affaler.

- On lui enfonce du coton dans les narines jusqu'à la gorge pour que sa respiration soit difficile.

- On lui assène plusieurs fois des coups de pieds et de planche sur l'échine et sur les reins.

- Ses pattes sont mouillées avec de l'essence de térébenthine, ce qui le brûle. En réaction, il sera nerveux et il affichera un comportement pouvant s'apparenter à celui d'une bête féroce. Enfin, avant qu'il n'entre dans l'arène, il sera immobilisé et des hommes feront tomber sur ses reins, une trentaine de fois, des sacs de sable de 100 kilos.Vous pouvez constater, sur la photo

Avant de transporter le taureau dans l'arène, on va lui faire une afeitado. Cette pratique, exigée par les matadors, consiste à raccourcir les cornes de 5 .à .10 centimètres. Pour cette opération, il va être enfermé dans un caisson d'où seules .les cornes sortiront. Ses cornes .seront sciées à vif. La durée de cette  opération est de 25 minutes environ. L'animal souffre, mugit, se débat pour tenter d'échapper à ses tortionnaires, occasionnant des .déchirures .musculaires et .d'autres lésions. Le taureau .ressent une douleur comme celle que nous éprouverions si nos dentistes .limaient nos dents, sans analgésique, jusqu’au nerf, à vif. L'afeitado n'étant pas légal,

Cliquez sur l'image

Le taureau doit rapidement prendre du poids, à l'âge de 4 ans, il sera susceptible de descendre dans l'arène. L'herbe est souvent rare dans les manades, alors, le Pienso compuesto est devenu le quotidien de l'alimentation du taureau. Aussi, ne pensez pas que sa corpulence révèle une puissante musculature, son imposante apparence est l'effet du Pienso. Dans sa composition on trouve de l'amidon, du soja, du blé, du sucre de blé, de l'orge, du maïs, de la levure de maïs, des protéines, des matières grasses lactées, de huile etc... Le taureau est suralimenté pour être lourd, moins mobile, moins vif, plus facile à torturer.

Cliquez sur l'image

La ferrade consiste à marquer le jeune taureau au fer brûlant, généralement sur le flanc droit. Des hommes renversent l'animal et le maintiennent au sol pendant qu'un autre pratique le marquage. Il arrive que le taureau soit enfermé, le temps de .cette opération, dans un .caisson de contention, un cajón, dans lequel il ne pourra. pas bouger .(photo), il sera conscient pendant toutes les manipulations...

Souvent le taureau est plus jeune que ce qui est annoncé, en dépit du marquage au fer rouge, de l'année de naissance et du certificat de naissance, souvent falsifiés par les éleveurs, écrit l'universitaire Mireille Didrit qui a consacré l'un des ses travaux à la tauromachie. Le taureau étant un moyen de gagner de l'argent, rien ne lui est épargné. Cette opération douloureuse se fera dans des festivités pour attirer les touristes. Il beuglera sa souffrance dans l'indifférence des spectateurs, fascinés par le fer brûlant et la peau stigmatisée.

Je serai votre guide le temps de découvrir la courte vie du taureau de corrida.

Allons rendre visite au jeune taureau qui ne sait pas encore qu'il est une bête "féroce" et un "Taureau de Combat". Le taureau n'est pas une bête sauvage. Dans la nature, c'est un animal paisible qui fuit à l'approche de l'homme. Ce taurillon sera testé et sélectionné pour son tempérament combatif et têtu, afin qu'il se défende jusqu'à la mort, ce qui garanti que la corrida sera menée à son terme par le matador. Les jeunes taureaux qui ne réagissent pas assez aux coups de piques assénés par les picadors sont envoyés à l'abattoir, mais d'une manière générale, c'est au cours des novillades sans picador que les premiers nés sont mis à l'épreuve. Si leur comportement est satisfaisant, la vache et le semental seront gardés, sinon, elle n'échappera pas à la mort ; en aucun .cas, elle ne doit engendrer .des taureaux .“dangereux .pour l 'homme.”

Cliquez sur l'image

Cliquez sur l'image

"La corrida est un spectacle magnifique.

Je comprends la passion de ceux qui s'enthousiasment pour cela "

Ségolène ROYAL


Elle visitait une manade équestre le 4-11-2006.

Déclaration parue dans le journal "La Provence".




Ici, la torture, la souffrance et la mort auront une spectatrice de choix :


Madame Ségolène ROYAL

Invitée d'honneur du Taureau,

Eternel Premier rôle,


Rôle de victime sans laquelle, le matador,

Eternel Second rôle, n'existerait pas.

(Cet homme, vêtu, selon les aficionados, d'habit de lumière,

vivrait dans l'ombre qu'il n'aurait jamais dû quitter.)

" La corrida n'est ni un art, ni une culture, mais la torture d'une victime désignée, avec, autour, des badauds qui regardent."


Emile ZOLA

" La tauromachie est l'art scélérat et vénal de torturer et de mettre à mort des animaux selon des règles, dans la légalité et en public.

Elle traumatise les enfants et les adultes sensibles.

Elle aggrave l'état des psychopathes attirés par ce genre de spectacles.

Elle dénature la relation entre l'homme et l'animal

Ces types de spectacles sont contre la morale, la science et la culture."


Définition de la tauromachie

par l'UNESCO en 1980