[creation site internet] [logiciel creation site] [creation site web] []
[]

L' "abrivado longue" prend ses sources dans la tradition. Un peu comme cela se faisait dans le passé, l'abrivado longue commence par un déjeuner au pré. Ensuite, une vingtaine de cavaliers encadrent les taureaux et les dirigent au pas, sur une distance de plusieurs kilomètres, en direction du village qui donne la course camarguaise. Les piétons sont devant et tentent de faire échapper les taureaux. Ils écartent les chevaux en se pendant à leurs cous de toutes leurs forces. Lorsque, parfois, le taureau s'enfuit, il est très difficile de le rattraper.


Aujourd'hui, les abrivado ne sont pas justifiées par les courses camarguaises, elles sont des manifestations à part entière. Pour éviter la fuite des taureaux, les rues sont sécurisées par des hautes barrières. Les gardians ont pour mission de jouer un jeu, celui de vouloir empêcher les atrapaïres de réussir à faire échapper les taureaux. Les atrapaïres sont brutaux, souvent jeunes et survoltés, c'est à celui qui fera preuve de plus de force, de plus d'audace, pour épater la galerie. Ils attrapent le taureau, le bloquent à plusieurs, lui tordent la tête en faisant pression sur .ses cornes, tirent de toutes .leurs forces sur sa queue, certains le chevauchent .pour faire un rodéo...

Le taureau .est .leur .souffre douleur et la violence des .jeunes qui le prennent d'assaut en est .la preuve irréfutable.


Il ne faut pas oublier qu'il y a déjà eu des accidents mortels occasionnés par des abrivado ou des bandido, notamment dans les départements du Gard et des Bouches du Rhône. Le risque n'est pas minime, il faut le savoir.

L’ abrivado