[creation site web] [logiciel creation site] [creation site internet] []
[]
[]
[]

Vidéo: 3 minutes

Vidéo: 55 secondes

De quel côté est le "fauve" ?

Dans toutes les photos avez-vous vu de l'agressivité dans .le regard du .taureau, avait-il .une attiture menaçante?


Qui osera encore dire que le taureau est une bête féroce et l'homme un animal sociabilisé, sensible et respectable?


Regardez les vidéos, voyez où est le danger et qui est le fauve.

Un groupe d’hommes va immobiliser le taureau et l’attacher par les cornes à un poteau. Ils enduisent le haut de son corps et sa tête de terre mouillée pour le protéger des brûlures. Mais à la chaleur la terre sèche et se détache de l'animal, inévitablement. Ils fixent ensuite sur ses cornes une sorte d’armature métallique en la vissant; c’est un artefact qui comprend au minimum 2 boules inflammables, faites de chanvre détrempé de brai, de poix, de résine ou de térébenthine. Il y a parfois 4 ou 6 boules réunies. Pour que le liquide inflammable ne puisse pas s’éteindre, il est préalablement graissé.


Ces hommes, en charge de cette pauvre bête mettront le feu à ces boules et libèreront alors le taureau dans les rues de la ville, à la tombée de la nuit,  pendant une heure, environ. Selon les communes qui organisent cette manifestation, on agrémente le spectacle d’un feu d’artifice, fixé lui aussi aux cornes et  qui sera allumé immédiatement après le feu.


Le prétexte est d’esquiver la charge du taureau en passant près de lui… Le taureau, lui, ne cherche qu’à éteindre les flammes qui crépitent sur sa tête. Pour effrayer davantage la bête, les gens hurlent à son passage et  jettent des pétards sur lui.


La pauvre bête est paniquée et va se précipiter contre n’importe quoi et frotter sa tête sur le sol pour tenter d’éteindre ce feu. De ce harnachement diabolique s’échappent des flammèches, des braises et un liquide brûlant résultant du goudron contenu dans les boules fixées à ses cornes. La fonte de ce produit coule sur la tête de la bête, dans ses yeux, les brûlants, souvent, ainsi que son corps. Les cornes étant sensibles, la chaleur intense sur elles provoque une douleur violente à l’animal.


Les tentatives désespérées du taureau pour éteindre le feu montrent bien sa souffrance. Il y a eu des taureaux qui se sont jetés contre un mur à plusieurs reprises jusqu'à ce qu'ils en meurent. Ceux qui l’ont vu disent que le taureau voulait mourir, la violence et l'acharnement avec lesquels il se précipitait sur un mur ne laissait aucun doute possible sur sa volonté.



Dans les régions catalanes des Terres de l’Ebre, là même où l’ont veut légaliser la chasse primitive et barbare des oiseaux  à la glue, il n’est pas rare que le feu soit allumé directement dans les cornes.



Cette tradition dantesque existe aussi à Valence, Castellón et en Aragon (Saragosse et Teruel).



Chaque année, 1300 taureaux sont sacrifiés à ces divertissements machiavéliques.