[creation site web] [logiciel creation site] [creation site internet] []
[]
[]
[Plan_du_domaine_des_elephants_africains_aux_Paws]
[Maggie_dans_l_enclos_d_adaptation]
[les_elephants_devant_leur_grange]
[arrivee_au_sanctuaire_des_Paws]
[]
[]
[]
[]

Toutes les photos ont été prises par Janice Clark  pour  PAWS

Les premières heures au sanctuaire

Vidéo

Bientôt, Maggie sera parmi eux...

Le premier contact...

Maggie apprivoise les odeurs

Les voyageuses apprécient la terre ferme

... et sa future famille, impatiente.

Maggie découvre sa nouvelle terre...

Vue aérienne du sanctuaire

Pat Derby, co-fondatrice de PAWS, a tenu le "Journal de Maggie", les premiers jours de son arrivée.




- Le jour de son arrivée, Maggie a pris un long bain chaud, ensuite elle a mangé des friandises pendant que ses vétérinaires l'examinaient et marchaient pour explorer sa nouvelle maison. Nous avons ouvert la porte menant à la cour d'introduction où 71 et son groupe se pressaient contre la barrière prévoyant l'arrivée de Maggie. Maggie a suivi ses gardes munis d’un seau de friandises dans la cour sans l'hésitation jusqu'à l’éléphante Mara, notre fauteuse de trouble turbulente a sonné de la trompette. Maggie s’est reculée de quelques mètres, puis a esquissé une fausse charge du tonnerre vers les quatre éléphants. Quelques éléphants, en particulier ceux qui ont vécu seuls, sont effrayés lorsqu'ils sont confrontés à une rangée intimidante d'éléphants, mais Maggie était imperméable. Elle sautait autour, a joué dans le trou de boue et a mâché sur la nouvelle herbe douce qui est venait de pousser après une pluie récente. Les autres éléphants sont restés à la barrière toute la journée, les troncs tendus, fascinés par la perspective d'une nouvelle addition à leur groupe.

 

- Après que Maggie ait été confortablement installée dans sa stalle, nous avons introduit en premier lieu Rubis dans la grange, et sa réaction bruyante à sa nouvelle compagne a déclenché une crise de panique de Lulu.

Cela a pris un moment pour faire rester Lulu près de Maggie, 71 et Mara après la longue attente. Les grondements du groupe ont été bientôt recouverts par un hurlement géant de Maggie qui est juste un peu plus grande que Lulu. Nous tous avons été choqués de la rapidité de sa vocalise et de son acceptation du groupe. Après une période bruyante de salutations, les éléphantes ont regagné leurs stalles individuelles et le dîner a été servi.

23:00h. – Tout est paisible excepté les respirations lourdes et les ronflements des dormeuses. Maggie ne se couche pas, mais elle est très détendue et évidemment, elle se repose.

2:00h - Les grondements mous, des ronronnements de  presque toutes. Les bruits d'un groupe satisfait. Je suis stupéfiée ! Je m’attendais à beaucoup d'activité et de bruit, et aussi à une certaine agitation de Maggie. Elle est étonnamment calme, et les autres agissent comme si elle avait vécu ici pendant des années. Quel beau début pour Maggie.

 

Deuxième jour

Samedi 3 novembre.

La routine du matin a été établie, et Maggie est sortie dans la cour d'introduction après que le groupe de 71 soit parti dans l'habitat.

Maggie a exploré la majeure partie du jour avec ses gardes qui l'encouragaient à se déplacer à travers la colline.

Elle a été quelque peu hésitante au début, mais bientôt s’est déplacée, elle a mâché de l'herbe. Elle est très vocale, et elle fait le même bruit cliquant que font 71 et  Mara quand ils sont heureux. Sa vocalisation est plus intéressante, c’est presque le son d’une corne de brume qu'elle emploie pour demander des friandises. Il est tout à fait efficace. Nous sommes constamment stupéfiés de voir la rapidité avec laquelle elle s'adapte et à quel point elle est intéressée par les autres éléphants et l'habitat.

Maggie s’est immobilisée et s’est endormie vers 3:00, jusqu’à 5 heures.

 

Troisième jour

Dimanche 4 novembre.

Nous avons maintenu 71, Mara, Lulu et Rubis dans la grange aujourd'hui. Les gardes de Maggie, Jaime, Angie, et le conservateur du zoo d'Alaska, Shannon, ont pris Maggie dans le grand habitat, et elle s'est déplacée autour sans hésitation. Après cette promenade, nous l'avons amenée à l’intérieur et avons ouvert le vestibule qui ouvre sur le logement des autres éléphants. Les éléphantes étaient  toutes excitées, elles se sont regroupées contre les barrières pour se saluer et s’explorer. Les grondements bas étaient une bonne indication d'acceptation, et nous avons été de nouveau satisfaits quand les trompettes de la bouillante Mara ont déclanché le hurlement strident de Maggie. Elle est certainement très hardie et tout le monde est sous son charme aux Paws, humains et éléphants.

Maggie s’est endormie pour la majeure partie de la nuit.

 

Quatrième jour

Lundi 5 novembre.

Après la routine matinale, nous sommes avons conduit le groupe de 71 dans l'habitat et Maggie dans la cour d'introduction. Quel jour splendide ! Les grondements, les trompettes et la corne de brume de Maggie remplissaient l’espace, les troncs des éléphantes se touchaient au-dessus de la barrière. Ce sera la routine jusqu'à ce que Maggie soit assez familière avec les autres pour sortir avec eux.


Cinquième jour

Mardi 6 Novembre.

La routine d'aujourd'hui. Pour les éléphantes, c’était une répétition d'hier, mais Maggie a été davantage détendue avec le reste du groupe. Elle est restée près de la barrière avec elles, et elle est souvent revenue sur ses pas quand le groupe s’approchait pour l'explorer et la toucher. Elles sont toutes fascinées par elle mais très respectueuses, et Maggie est restée très proche quand elles se sont approchées.

Pat Derby, Ed Stewart et ses gardes de zoo d'Anchorage sont restés dehors avec elles pour surveiller leur comportement.

 

Nous avons mis en évidence beaucoup de grandes branches et du foin d'avoine, que Maggie aime, c’était une occasion d’offrir au groupe et à Maggie une alimentation coopérative qui a été très apprécié par toutes. Maggie s’est montré intrépide, elle a atteint, sous la barrière, une branche qui était à Rubis et elle la lui a prise !

 

L'alimentation coopérative est comme un banquet ou une dégustation, dans une communauté ; elle fournit un arrangement pour l'interaction sociale, c’est une belle manière de «casser la glace » pour l’introduction sociale des éléphants. Le groupe a occupé la majeure partie de la journée avec cette activité, entremêlé d’un bon nombre de saupoudrage. A un moment, Lulu est montée sur la colline et a secoué l’un des grands chênes pour moissonner des glands. Elle a été récompensée avec une douche de ces délicieuses friandises qu'elle a partagé avec le reste du groupe.

 

Après avoir passé la majeure partie de la journée au soleil, Maggie est revenue à la grange pour un bain et le dîner.

Elle appréciait son dîner quand Rubis est entrée par le côté opposé, effrayant Maggie. Maggie s’est tournée et a expulsé un hurlement énorme qui a effrayé Rubis et Lulu, qui entraient derrière elle. Rubis et Lulu ont sonné de la trompette en parcourant leurs stalles, Maggie, faisait de même, toutes trois grondaient, donnaient de la trompette, urinaient et déféquaient, comme le font les éléphants sauvages quand ils sont excités. Pour s'ajouter à cette agitation, 71 et Mara, qui étaient toujours dehors, se sont ajoutées à l'affiche créant une cacophonie dont l’écho s’est amplifié au-dessus des collines.

Lorsque Mara et 71 furent dans la grange, chacune s’est enfin calmé et a paisiblement consommé le dîner. Les éléphants africains aiment les salutations bruyantes ! Nous, les humains qui faisions partie de la scène étions devenus partiellement sourds et le sommes restés pendant l’heure qui a suivi. La soirée se termina par des grondements de contentement entremêlés avec des ronflements et beaucoup de flatulences bruyantes.

 

Maggie est avec les autres éléphants vingt-quatre heures par jour ; des stalles dans la grange lui permettent d'accéder aux barrières et de toucher les autres, et sa cour est à côté du grand habitat. Son adaptabilité rapide aux quatre autres éléphantes après qu’elle ait vécu seule pendant une longue période est étonnante et un bon indicateur d'une intégration rapide, mais nous ne précipiterons pas le processus.


Nous vivons tous dans le « temps des éléphant », et Maggie nous indiquera quand elle sera prête à rejoindre le groupe.




*Traduction d'après les récits en anglais publiés sur le site PAWS, à cette adresse : http://www.pawsweb.org/news and alerts.html

Je vous invite à traduire par vous-mêmes ces textes, mon anglais est approximatif et n'a d'autre prétention

que de rendre service aux personnes qui ne pourraient pas lire les notes de Pat Derby dans sa langue d'origine.

L'arrivée de Maggie au sanctuaire PAWS

Performing  Animal  Welfare  Society