[creation site internet] [logiciel creation site] [creation site web] []
[]
[]

"Lorsque le regard plonge jusqu'au fond de l'abîme de souffrances que les hommes imposent aux animaux, il se voile d'une ombre qui obscurcit les joies les plus innocentes. La nature nous pose une énigme insondable: pourquoi les êtres vivants sont-ils des sources de malheurs les uns pour les autres, pourquoi leur vie s'écoule-t-elle avec une si cruelle indifférence, pourquoi sont-ils inaccessibles à la pitié ? Nous restons sans ressources devant ce mystère et tout ce que nous pouvons faire, c'est de nous efforcer à combattre les erreurs criantes.


En général, nous ne parlons pas de ces choses, nous les enfouissons au fond de l'âme. Mais parfois l'indignation nous étouffe, nous voudrions la clamer, tant nous sommes bouleversés par cette peine obscure, comme si nous entendions s'élever de toutes part le gémissement de cette créature qui implore la délivrance".


Albert Schweitzer

Vous allez découvrir un univers que vous ne soupçonniez pas…

Vous allez entrer dans ce monde des ténèbres fait par l'homme.

Vous allez voir comment il a transformé la beauté en horreur…

Vous allez être confrontés à des souffrances infligées par l'homme parfois avec une telle férocité, qu'il perd toute humanité et qu'il devient une machine à dépecer, déchirer, éviscérer, broyer.. .

Il exerce ainsi sa brutalité, sa cruauté, la terreur et toujours la mort sur le monde animal.

L'homme a un jour décidé qu'il pouvait disposer de l'animal à sa guise.

L'homme s'est cru investi d'une supériorité sur lui… Sur quelles bases ?

Arrogant, anthropocentrique, il se croit toujours au centre de l'univers.

Il oublie seulement que l'animal occupait la planète avant lui et que ce n'est pas parce qu'il est différent de lui qu'il est inférieur. L’animal ne vit pas comme l'homme, il ne le pourrait pas, mais l'homme ne saurait pas davantage vivre à l'état sauvage, comme les grands mammifères.

La différence n'autorise pas l'un à réduire en esclavage, emprisonner, torturer, mutiler et exterminer l'autre.


L'homme a décrété que l'animal pouvait être nuisible à son espèce, qu'il n'était pas doté d'intelligence, qu'il n'agissait que par instinct, qu'il ne connaissait pas la souffrance, ce qui a été scientifiquement démenti, et enfin il en a fait un paria en proclamant qu'il n'avait pas d'âme; il a inventé le spécisme.

Comme il a autrefois instauré le racisme en prônant la supériorité d'une race sur une autre.

Comme il a longtemps dénié l’égalité des droits de la femme en la tenant à l'écart de la vie politique, professionnelle ou en la confinant dans des postes subalternes, c'est le sexisme.


Je mets au service des animaux ma capacité à comprendre, analyser, voir, témoigner.

Puisqu'ils ne peuvent pas se plaindre, je le ferai pour eux, sans jamais noircir la réalité de leurs souffrances, sans l’édulcorer, jamais.


Cet espace web leur appartient, ce site est le leur.


Parfois, souvent, vous aurez à voir des images très dures. Sachez qu'en refusant de les voir, vous refusez de savoir. Connaître par ouï-dire ne vous fera pas prendre la véritable dimension de la détresse des animaux, évaluer leur intolérable souffrance, vous ne pourrez pas aider leur cause avec autant de crédibilité qu'en prenant connaissance des témoignages visuels qui vous sont proposés.

Il faut accepter d'avoir mal, comme témoin, afin de ne plus être complice de leurs bourreaux.

En refusant de voir, de savoir, vous confortez leurs tortionnaires, vous armez leur main, vous abandonnez les animaux à un sort inique et cruel... Ayez la volonté d’affronter la vérité des images, elles sont leur réalité.Des animaux meurent à chaque seconde, souvent dans d'effroyables tortures, parce que l’homme l’a décidé.

Faites que ce ne soit plus dans l'ignorance, dans l'indifférence totale. Nous leur devons cette justice.




ilios,  Janvier 2007

" Quelqu'un éprouve plus de douleur à l'occasion d'un dommage fait à un animal qu'à un humain. C'est que l'animal est privé de la possibilité de témoigner selon les règles humaines d'établissement du dommage, et qu'en conséquence tout dommage est comme un tort qui fait de lui une victime ipso facto. Mais s'il n'a pas du tout les moyens de témoigner, il n'y a même pas de dommage, du moins vous ne pouvez pas l'établir (...).

C'est pourquoi l'animal est un paradigme de la victime."


Jean-François Lyotard

(Le Différend, Editions de Minuit)-