[creation site internet] [creation site web] [logiciel creation site] []
[]
[]
[]
[]

La chance de Brutus

Photo SPA

En 2005, One Voice a connaissance de son existence et va faire basculer son destin.


Brutus est un lion de l'Atlas âgé de 4 ans, et il est maintenu enfermé dans une cage de 2 m2 en attendant d'être dressé pour les spectacles du cirque. Le collaborateur de One Voice qui le découvre demande aux services vétérinaires d'aller contrôler l'état du lion et les conditions de sa détention.

Une action en justice est ouverte par One Voice qui demande la saisie du lion, mais les lenteurs des services concernés laissent au cirque le temps de partir…


Tenace, One Voice réitère son action dans le département de la nouvelle résidence du cirque et en janvier 2007 et obtient un acte de saisie.


One Voice a pris des contacts pour trouver un lieu d'accueil pour Brutus, en l'occurrence ce sera la Born Free Foundation, au sanctuaire de Shamwari, en Afrique du sud sur laquelle se portera son choix, mais Brutus devra attendre que l'équipe d'accompagnement vienne le chercher au Refuge de l'Arche.


One Voice n'ayant pas les fonds nécessaires pour assurer le transfert de Brutus, elle a contacté la SPA (Paris) et la Fondation Assistance aux Animaux afin de leur demander de prendre en charge son voyage, ce qui fut accepté.


C'est ainsi que le 15 décembre, sous la protection des services de police et de gendarmerie, Brutus est endormi et transporté dans le camion qui le conduit au Refuge de l'Arche en Mayenne.


Jeudi 24 avril, jour du transfert qui nécessitera une douzaine de personnes, des membres de la Born Free Foundation, un vétérinaire ainsi que deux hôtesses de l'air. L'avion anglais transportera Brutus à Johannesburg après avoir fait escale au Kenya, à Nairobi, contrairement aux accords qui prévoyaient un voyage direct… Mais quand même, je ne peux m'empêcher de penser que c'était un beau voyage, celui de la liberté, enfin, d'une semi liberté puisque Brutus sera dans un sanctuaire et pas dans la nature… Mais libre, vraiment, ce n'est pas possible, il n'a pas été élevé par sa mère, qui lui aurait appris à chasser et à vivre dans la faune sauvage.


Le vétérinaire a administré des sédatifs à Brutus et a procédé à un examen complet. Il lui a donné un anti-inflammatoire pour éviter qu'il ait les muscles trop douloureux de rester, tout le temps de ce long voyage, immobilisé dans sa caisse. Il a également été traité pour les parasites externes et internes. Le vendredi, tôt dans la matinée, toute l'équipe voyageant dans un convoi de Land Rover, a atteint le port de Cherbourg, où ils ont traversé la Manche sur un bac qui les a amenés à Dorset, où ils ont repris la route à jusqu'à l'aéroport de Londres Heathrow. 


Pendant le vol, Brutus était agité, mais le temps de l'escale, à l'aéroport de Nairobi, il a fait entendre des rugissements fâchés qui ont horrifié le personnel au sol.


Enfin, Brutus est arrivé à Shamwari. Lorsque la porte coulissante de sa caisse a été soulevée, il est sorti calmement et a marché tout en humant autour de lui, sans se presser.C'est surprenant de voir ce lion qui a été tenu dans une cage pendant 5 ans fouler pour la première fois la terre, les herbes et  qu'aucune entrave ne retient.

 

On peut lire sur le site que Brutus s'est allongé dans l'herbe, mais quand la Land Rover qui lui apportait sa viande s'est approchée de la barrière pour permettre à l'équipe de la jeter loin, il s'est levé et a couru dans les buissons. Il ne laisse pas le personnel soignant s'approcher à plus de 20 mètres de lui. Le lendemain, il était allongé près de la clôture lorsque la personne qui alimente les animaux est venue. Brutus s’est approché. Il a pris le morceau de viande qu’on lui donnait et l’a mangé rapidement. Le soigneur, impressionné parce qu’il avait refusé de manger la veille, lui en a redonné. Puis Brutus l’a suivi jusqu’à sa cuvette d’eau dans laquelle il s’est désaltéré. Il paraît que depuis l’homme et le lion sont devenus copains et même qu’il a été très détendu quand des invités qui sont allés le voir.                                                        


Communiqué de One Voice :                    


Quel avenir pour les lions toujours victimes des cirques ?


Un lionceau vaut 500 pour un cirqueLe sauvetage d'un lion coûte plus de 15 000sans compter les années de travail indispensables pour obtenir la confiscation d'un animal. Nous ne parviendrons réellement à aider les animaux détenus dans les cirques, qu'en informant le public pour qu'il déserte les spectacles d'animaux itinérants.