[creation site web] [logiciel creation site] [creation site internet] []

Novembre 2002, Création d'une Commission d'Enquête Parlementaire sur la présence du loup en France.


En 2002, il y a 30 à 40 loups dans les Alpes, vivant seuls ou en meutes, ils sont dans les Alpes-de-Haute-Provence, les Hautes-Alpes, les Alpes-Maritimes, la Drôme, l'Isère, la Savoie, la Haute-Savoie, le Var.


Patrick Ollier, Président de la commission des affaires économiques, de l'environnement et du territoire de l'Assemblée nationale, déclare :


-"Ce retour du loup à la fin du 20ème siècle a entraîné des préjudices considérables, totalement inacceptables pour les hommes et les femmes vivant dans nos montagnes. Il ne s'est pas effectué, en effet, dans un espace vide d'hommes et d'activités, mais dans un monde lui-même très organisé, celui du pastoralisme, de l'élevage ovin extensif. Ce sont près de 7 000 ovins et caprins qui ont été tués depuis 1993. Il faut ajouter à ces pertes en bétail très nombreuses, les préjudices indirects subis par les éleveurs, tels que les avortements de brebis ou l'amaigrissement des animaux qui entraînent d'importants "manques à gagner". Le retour du loup s'est soldé également par d'importantes prédations sur les animaux sauvages (mouflons, chamois, cervidés), alors que ces animaux présentent un grand attrait touristique pour le massif alpin."


Puis il évoque la Convention de Berne :

 

-"La Convention de Berne autorise l’élimination des loups introduits de manière artificielle sur le territoire national » et « déplore qu'il ait été décidé de maintenir près de 50 loups dans le massif alpin sur la seule déclaration de fonctionnaires du ministère chargé de l'environnement, qui avaient estimé au vu d'empreintes génétiques, que les loups viendraient des Abruzzes."

-"Il convient désormais de faire toute la vérité sur la présence du loup en France, sans tomber dans l'outrance."

-"Je m’étonne du refus de mettre en œuvre la proposition d'un recours à l'article 9 de la Convention de Berne qui permet de déroger aux dispositions de cette dernière relatives à la conservation de la vie sauvage, en cas d'atteinte aux activités d'élevage. De nombreuses municipalités avaient adopté des délibérations afin de mettre en œuvre des battues administratives et Dominique Voynet, alors ministre chargée de l'environnement, avait fait échec à ces initiatives en publiant, in extremis, une circulaire."


Mme Geneviève Perrin-Gaillard, docteur vétérinaire, députée des Deux-Sèvres, fait part, à titre personnel, de son opposition à la création de cette commission d'enquête, et rappelle qu'une mission d'information a déjà travaillé sur cette question, elle estime que l'exposé des motifs de la proposition de résolution est très orienté. Elle juge qu'il serait plus pertinent que la commission d'enquête étudie les conditions d'exercice du pastoralisme, compte tenu de la présence du loup, l'écologie reposant sur l'équilibre entre les espèces, les prédateurs jouant un rôle de régulation des populations indispensable. Puis, elle exprime son profond désaccord avec les comparaisons de coût formulées par M. Christian Estrosi, conseiller général de Saint-Étienne-de-Tinée, en estimant qu'il n'est pas possible de mettre sur le même plan les animaux et les hommes. Elle rappelle que le Président de la République avait, à Johannesburg, estimé que l'effort de la France en faveur de la biodiversité et de la protection des espèces sauvages était insuffisant et que la convention de Berne prévoyait également la mise en œuvre de mesures tout à fait nécessaires de protection des animaux sauvages.


La commission adopte l'amendement de Patrick Ollier, la proposition de résolution s’appellera:


"Proposition de résolution tendant à la création d'une commission d'enquête sur les conditions de la présence du loup en France et l'exercice du pastoralisme dans les zones de montagne".


On ne peut qu'être émus par la sensibilité de Patrick Ollier à l'endroit des brebis, il est touchant dans son réquisitoire contre le loup qui provoquerait l'amaigrissement des bêtes et l'avortement de certaines autres... il est émouvant aussi lorsqu'il se préoccupe du sort des mouflons, chamois et cervidés...


Pour un peu on le croirait sincère...

Année  2002