[creation site web] [logiciel creation site] [creation site internet] []

Vaches à lait devenues vaches à viande

  

Ce nouveau scandale est révélé par voie de radio et de presse par un éleveur normand, Yves Sauvaget, qui est très en colère


Yves Sauvaget, porte-parole de la Confédération paysanne lait pour la manche, accuse un hypermarché Leclerc en Bretagne d'avoir étiqueté "race à viande" deux carcasses de vaches qu'il .avait vendues comme "race laitière".


L'histoire commence le 26 Juillet 2012, l'éleveur  vend trois vaches à lait réformées à l'abattoir Kermené, qui appartient au groupe Leclerc, dans les côtes d’Armor.


Le lendemain matin, croyant qu'une erreur de poids a été faite lors de la transaction, il retourne à l'abattoir. Il demande les tickets de pesée fiscaux et découvre, à leur lecture,  qu'une vache est bien étiquetée" vache à lait" alors que les deux autres  sont étiquetées "race à viande".


À l'abattoir, on lui explique que les deux  vaches étiquetées "race à viande" ont été classées dans un code race mixte. C'est ce qui met Yves Sauvaget en colère, l'abattoir ayant en sa possession le certificat attestant que les 3 vaches étaient des vaches laitières.


C'est  dans l’abattoir de la société Kermené que l'échange d'étiquetage se serait fait pense Yves Sauvaget sur France Bleu Cotentin.


Le groupe Leclerc se défend en ces termes :" Kermené respecte les règles qui engagent toute la filière bovine française.  Si une erreur venait cependant à être constatée, malgré l'ensemble des contrôles stricts, nous mettrions tout en oeuvre pour remonter la chaîne de traçabilité et identifier la cause de l'anomalie."


Yves Sauvaget rétorque : " La seule chose qui importe à ces gens-là, c'est le profit. Entre une vache laitière et une vache à viande, il y a 5 € ou 6 € de différence par kg. Soit 1.000 € par bête. Alors, certes, il n'y a aucun risque à consommer des vaches de réforme, mais la confiance du consommateur est trahie."

 



Février 2013

Parcours d'une vache laitière


Autrefois, la vache produisait du lait pour nourrir son veau.

Aujourd’hui, la vache est une fabrique de lait.


Autrefois, elle produisait du lait pour un veau  d'environ 8 kilos, à qui il fallait à peu près 10 litres de lait à sa naissance et .25. litres .en .fin .d'élevage. La .quantité .de .lait. nécessaire. pour.nourrir .son petit dépassait souvent ses possibilités alors, une autre vache du troupeau assurait l'appoint.


Aujourd'hui, la .sélection .génétique .a. produit  la vache d'Holstein, créée pour assurer 50 l de lait par jour… Malgré cette abondance, son lait ne nourrira pas son petit.


Le veau sera enlevé à sa mère le plus souvent à sa naissance ou, au mieux, 1 à 2 jours après…

Cette séparation brutale est douloureuse pour la mère et pour le veau. Certaines vaches meugleront  pour appeler. leur .veau .pendant  les deux jours .qui .suivent .leur séparation, il en ira de même pour les veaux.

Autrefois, on respectait la période de lactation qui est de 8 mois.

Aujourd'hui, 3 mois après la naissance de son petit, la vache est à nouveau en gestation.


Évidemment, l'inséminateur remplace le taureau pour la reproduction.

La vache n'aura pas de répit, elle sera traite 2 à 3 fois par jour.


Les .veaux .de .laits .seront .abattus .à .90 jours .pour .que .leur .chair .reste .tendre .afin de répondre aux exigeances gustatives des consommateurs !.


Le veau sera élevé dans l'enfermement, privé de tout mouvement, il prendra sa. "buvée" quand il le voudra au .distributeur .automatique .de. lait. ou 2 fois par jour .quand c'est  l’éleveur qui leur porte le lait dans des seaux. Il. recevra une .alimentation composée d'un mélange de .poudre de. lait, de matières .grasses et de compléments nutritionnels dilués dans de l’eau chaude. Cette alimentation sera progressivement enrichie de céréales et de fourrages pendant la durée de l’engraissage.

Pendant cette période, il leur sera administré des quantités importantes d'hormones et .d'antibiotiques pour accélérer. leur croissance et éviter les. maladies .consécutives .au  stress du confinement et la malnutrition. Malgré ces médicaments, ils connaîtront des  septicémies, des .diarrhées, des .pneumonies, des abcès, des ulcères, des teignes, des carences en vitamines… L'engraissage durera de 4 à 5 mois.

Le veau sera abattu au terme de cette période.

Les .femelles .entreront  entre 18-24 mois dans la spirale des vaches .laitières aux grossesses. successives.


Autrefois, une vache laitière vivait 20 ans.


Aujourd'hui, la .vache vite .épuisée, n'étant .plus .rentable, sera conduite à l'abattoir aux alentours de 5 ans.

Elle sera préalablement engraissée et .vendue .à l'abattoir comme ."vache de réforme". .Le consommateur français l'achètera à son boucher sous la dénomination "viande de bœuf".



Pensez-vous que consommer ce qui reste de cet animal qui a été exploité au maximum, telle une machine, sera une nourriture acceptable ?.



Peut-on encore appeler ces animaux prématurément usés, "nourriture" ?